Avec les vêtements liturgiques, ou vêtements sacrés, nous entendons tous les vêtements et le linge de maison, les vêtements et les draps d’autel utilisés pendant les célébrations de la messe par le clergé. Le ” vêtement liturgique ” a pris le relais dans le temps de la définition précédente du ” vêtement sacré “, surtout après la réforme liturgique. Le vêtement a un rôle important dans la liturgie, qui est un véritable moment de célébration de la rencontre avec notre Dieu. Avec d’autres symboles et gestes de la liturgie, ces vêtements de prêtre constituent une part importante de la cérémonie. Et comme pour toute autre cérémonie, il vous faut les bons vêtements. Déjà dans le passé, il y avait des vêtements réservés aux célébrations. Les prêtres ne portaient pas de vêtements normaux, mais quelque chose de pensé pour la liturgie, des vêtements liturgiques qui symbolisent l’intensité.

Chasubles de prêtre, étoles, chapeaux, dalmatiques, nappes d’autel, albs, couvertures de lutrin sont tous des vêtements liturgiques, disponibles en différentes couleurs, selon la période liturgique de l’année. Les vêtements du prêtre sont normalement faits à la main, souvent brodés à la main et pleins de décorations. Par la suite, les vêtements liturgiques sont différents. Des prières spéciales accompagnent les vêtements et la disposition des vêtements liturgiques, aidant l’évêque à trouver la concentration et l’arrangement avant la célébration de la messe.

Chape liturgique : Le vêtement porté par les prêtres dans les célébrations

La chape liturgique est un vêtement porté par les prêtres lors des célébrations qui ont lieu en dehors de la messe ou à l’extérieur de l’église elle-même. En fait, pendant la messe, le célébrant ne porte que la chasuble. La chape liturgique est plutôt utilisée dans les processions, les bénédictions eucharistiques, les vêpres et les louanges solennelles, les consistoires pour la création de nouveaux cardinaux, et bien d’autres occasions. La chape liturgique est un grand manteau (lorsqu’elle est ouverte, il s’agit d’un demi-cercle d’un rayon de 1,4 m à 1,6 m), qui atteint presque les pieds et est ouvert à l’avant. Il est maintenu ensemble sur la poitrine par un clip appelé ‘razionale’. Son origine est séculaire et tire son nom d’un imperméable, comme le suggère son nom italien, et pour cette raison il y a un petit capuchon, le fameux ‘bouclier’ arrière. La chape liturgique est portée après l’étole sur le surplis ou l’aube. Il peut être de plusieurs couleurs, selon la célébration pour laquelle il est utilisé et le calendrier liturgique : blanc ou violet pour la Messe de Requiem et les services pour les défunts, rouge pour la Messe votive, vert pour les dimanches et jours fériés ordinaires, et bleu est particulièrement utilisé pour les célébrations en l’honneur de Marie en Espagne et Amérique du Sud.

Vêtement destiné aux occasions solennelles, il est toujours décoré d’une riche broderie et embelli d’ourlets et d’ornements précieux. Avant le Concile Vatican II et ses réformes, la chape liturgique était portée non seulement par les prêtres et les évêques, mais aussi par les membres du clergé mineur. En particulier, le psalmiste qui chantait le début des psaumes aux vêpres pouvait porter la chape. La chape était aussi portée pour la bénédiction solennelle de l’autel, l’acquittement du cercueil ou de la tombe, les prières du Vendredi Saint et la veillée pascale. Le prêtre à la messe pontificale ou son assistant pouvait aussi la porter.